Mayotte département - Clicanoo sur assoces 976 de la Réunion

Aller en bas

Mayotte département - Clicanoo sur assoces 976 de la Réunion

Message  crép' le Lun 12 Jan - 22:44

Ce qu’en pensent les associations mahoraises
CLICANOO.COM | Publié le 9 janvier 2009
“Les jeunes mahorais sont divisés” > Dominique Lienemann, responsable de projets à l’association mahoraise “Nahana maesha ya messo” à Saint-André :

“J’ai posé beaucoup de questions aux jeunes mahorais car ce sont eux les plus intéressés par l’avenir. La moitié est pour le référendum, l’autre est contre. Les jeunes voient qu’on va supprimer beaucoup de choses à Mayotte. Ils me disent : “Si c’est pour venir nous embêter avec des lois et des devoirs, ce n’est pas la peine”, “Si la loi islamique disparaît, à quoi ça sert l’islam alors ?”. Tandis que pour les générations précédentes, être Français, c’est un peu comme le rêve américain. Ils ont combattu pour ça. Ils imaginent qu’on vivra toujours à Mayotte comme maintenant. Et beaucoup pensent que l’année prochaine, ils pourront retourner y vivre aussi bien qu’à La Réunion. Les gens ne savent pas qu’il va falloir attendre des années pour obtenir l’égalité avec la France. À La Réunion, les Mahorais n’en parlent pas beaucoup entre eux. Je n’en ai pas non plus entendu dire qu’ils retourneront à Mayotte pour voter pour le référendum. Moi, personnellement je suis contre la départementalisation. Je préférerais un statut autonome. Là, ça va casser le ciment des traditions et coutumes, gâcher la qualité de vie à Mayotte et gâter la société. On n’a jamais vu quelqu’un mourir de faim à Mayotte. Avec la départementalisation, chacun va vivre pour soi. Ça va aussi accentuer l’immigration clandestine. Et quand on voit les rafles de clandestins aujourd’hui, on peut avoir honte d’être Français. Au lieu de mettre de l’argent dans les expulsions, on ferait mieux d’aider les Comores.”

“Beaucoup retourneront vivre à Mayotte” Rabion Saindou, président de l’association mahoraise familiale d’actions sociale (AFAS) “Chaque fois que l’association se réunit et discute de la départementalisation, tout le monde est pour. Parce qu’ils se sont battus pour ça depuis des années. Il faut toujours qu’on se batte pour que le développement rentre à Mayotte, qu’on avance. Les besoins sont urgents. Je pense aussi aux catastrophes que vivent les Comoriens qui meurent en mer. Ça fait pitié, c’est trop risqué. La départementalisation doit permettre de mieux réguler l’entrée et l’obtention de visas. Pour nous, les Mahorais qui vivons à La Réunion, on ne sait pas encore si on va pouvoir voter au référendum (*). Si Mayotte devient département français, beaucoup retourneront vivre chez eux. Ça, j’en suis assuré, on en a beaucoup parlé. Et je suis sûr et certain que le RMI et l’Assedic seront installés à Mayotte. Tant qu’on n’a pas ça, on ne peut pas s’en sortir. Il faut que les Mahorais soient d’accord ensemble pour mettre le projet en place.”

“L’immigration ne va pas s’arrêter” Amina Housseine, présidente de l’association Cultures et traditions des Comores (ACTC Réunion) “Je trouve que les relations entre Comoriens et Mahorais de La Réunion sont très floues. Il y a une atmosphère très désagréable de malaise qui fait que chacun se méfie, qu’il n’y a pas d’aisance dans les relations. C’est lié au fait que Mayotte va devenir département français et que pour les Mahorais c’est un souhait absolu. Pour eux, il ne faut pas que des gens viennent troubler ça. Pour moi, c’est une aberration, une bêtise de séparer des îles. Les Mahorais se désintéressent totalement de la culture comorienne. Ce n’est pas qu’ils ne la veulent pas au fond d’eux-mêmes. Mais s’afficher avec des Comoriens, c’est compromettre la départementalisation. Les relations entre Les Comores et Mayotte ne sont pas paisibles. Or, l’immigration ne va pas s’arrêter avec la départementalisation. Des hommes et des femmes prennent le risque de périr en mer parce qu’ils ont l’idée de vivre mieux, de donner une chance aux enfants. Quant à la coopération régionale, on ne sait pas quelle est la volonté réelle, quels sont les projets concrets pour aider les Comores. Les Comoriens ne sont pas assez rassurés par leur gouvernement sur le développement économique. Ils sont aussi inquiets du rapprochement du gouvernement avec l’Iran. Les Comoriens et la diaspora francophone voient mal l’envahissement des investisseurs iraniens aux Comores. Dans quelques années, on va se demander si l’on est vraiment un peuple francophone. Aujourd’hui, nous sommes musulmans, mais nous ne parlons pas l’arabe et avons peu d’échanges avec les pays arabes. Jusqu’où ça va aller ?”

Entretien : Bérengère Nauleau

_________________
le Crépuscule, être de Lumière, maître des fins et des débuts de jour...
avatar
crép'
doctorat
doctorat

Messages : 570
Date d'inscription : 05/12/2007
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://aboubacarm.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum